PARIS DUBAI BANGKOK

En décalage horaire avant le départ, longues heures à l’aéroport, au bout du quai G ressemble à un insecte géant. Fou rire au portique : un grand jeune homme, douanier de son état, fait de grands sourires à F, un passeport à la main, F lui rend son sourire, il lui fait un clin d’œil et puis ce passeport c’est le sien et le sourire et le clin d’œil…. c’est pour l’oubli !

Etoiles de Noël à Dubaï

Etoiles de Noël à Dubaï

Long long voyage, du plaisir entre Paris et Dubaï, à l’aise dans l’ A 380, Dubaï vaste étendue de lumières trop bien rangées, nous arpentons l’aéroport, grouillant de monde entre minuit et 3 h du matin, dans une frénésie d’achats un peu écœurante, plus dur le vol entre Dubaï et Bangkok avec un petit déjeuner immédiatement après le décollage aux alentours de 4 h du matin et un sommeil capricieux balloté par quelques turbulences.

Bangkok bruyante et anarchique, à peine entrevue à travers nos regards fatigués, une odeur récurrente d’eau croupie, les sacs de sable et les murets de parpaings élevés à la hâte, des jeunes gens un foulard sur le visage et une pelle à la main, chargés de faire le grand ménage de la ville mise à mal par les inondations.

En descendant du taxi, V pour éviter d’agressifs escaliers traverse au péril de sa vie la rue à la circulation frénétique qui longe l’Immfusion Hotel que nous avions réservé pour la nuit.

arrivée à l'hôtel de remplacement...

arrivée à l’hôtel de remplacement…

Le malheur des uns fait le bonheur des autres, l’hôtel que nous avons réservé est réquisitionné pour les sinistrés et nous sommes transférés sans bourse délier, en taxi, pour un plus grand, plus beau, plus central qui sera doux à nos corps fatigués !

Nous errons un peu, indécis, cédant à l’appel d’un massage que nous imaginions relaxants et qui se transforme sous la poigne de délicates jeunes filles en une sensation proche du supplice, ah dénouer les nœuds du voyageur, tergiversons pour le diner, trop épuisés nous choisissons un pas loin, pas cher et notre soupe de canard aux nouilles s’avère bien goûteuse pour ses 55 baths (1,25 €). Je m’égare au 5ème étage de l’imperium building pour trouver un petit dessert qui comblera notre désir de sucré, patate douce un peu rance et bananes frites, un petit entremet au lait de coco dans lequel baignent des petites billes de couleur pastel, à la provenance incertaine.

Anges de Noël à Bangkok

Anges de Noël à Bangkok

Nous rentrons au radar, à l’aveuglette, pour nous coucher et sombrer, écrasés de fatigue.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s