Bye bye Chang Maï

Matin calme, chant d’oiseaux et lumière, les bagages à refaire.

Petit déjeuner dans la ruelle d’à côté, une musique planante, un couple tout sourire et attentionné me sert de délicieux pancakes à la banane fait maison et m’offre des biscuits de riz soufflé, spécialité de Chang Maî et des clémentines de leur jardin avec une gentillesse désarmante.

pancake à la banane, gâteau de riz de Chang Maî thé et clémentines pour le petit déjeuner

pancake à la banane, gâteau de riz de Chang Maî thé et clémentines pour le petit déjeuner

Un occidental bedonnant sirote une bière dans laquelle il plonge d’innombrables glaçons. Un gros chauve traverse la chaussée d’un pas martial, une minuscule brunette trottine derrière ce géant… contrastes.

Se balader entre temples et boutiques dans la nonchalance du matin, héler un song taew pour nous emmener au Musée National, fermé malheureusement exceptionnellement, comme le Tribal Museum, à côté.  Heureusement une foultitude de petits restaus les pieds dans l’eau nous font de l’oeil, échappant à notre chauffeur qui aimerait bien nous emmener ailleurs, nous nous attablons au ras du sol, à l’asiatique, pour savourer les délices simples d’ici et contempler un cheval et son soigneurs faisant des longueurs de bassin, un pêcheur jeter son filet, un bébé que le cercle de famille encourage à bouger ses petites fesses rondes revêtues de rose, douceur de vivre et silence à peine imprégnée d’une mélodie doucereuse à la thaï.

V. au resto du bord de l'eau à Chang Maï

V. au resto du bord de l’eau à Chang Maï

Nous nous faisons ramener au Wat où une cérémonie bouddhiste nous en met plein les yeux, flonflons et travestis, moines et bonzesses, écoliers et papis en uniforme, petites vieilles jetant des pétales de jasmin sous les pas des moines, danseuses et fanfare, officiels dissimulés derrière les verres teintés de grosses berlines gris métallisé, dont le sérieux contraste avec le joyeux brouhaha et les couleurs vives de l’ensemble du cortège.

Jeux de doigts, lors d'une cérémonie à Chang Maî en l'honneur de l'anniversaire du roi

Jeux de doigts, lors d’une cérémonie à Chang Maî en l’honneur de l’anniversaire du roi

La police est là, arrête avec autorité le trafic pour laisser passer tout ce beau monde et puis siffle de bon cœur pour désengorger la circulation.

Et puis, le regard attiré par une brochette de mamies jolies dans leur robe de soie rouge, je ne vois pas la rigole à mes pieds et j’embrasse la terre de Bouddha, rebondis et me relève avec la lèvre triplée de volume, Donald Duck matiné de quasimodo en voyage.

God save the King à Chang Maî

God save the King à Chang Maî

Heureusement mes body guard sont là,  prennent la situation en main devant les mamies ébahies, m’emmènent à la recherche de glaçons qu’une serveuse s’empresse d’emballer dans un petit sachet entouré de papier doux, la police nous indique une pharmacie toute proche où V. désinfecte mes petites écorchures.

Jolis et gracieux comme des filles, parés pour la cérémonie

Jolis et gracieux comme des filles, parés pour la cérémonie

L’après midi se finit abruptement, dans l’attente de l’avion pour Bangkok, aéroport feutré de Chang Maï avec salle d’attente réservée aux moines et novices. 55 mn de vol, un courtesy bus nous emmène dans un no man’s land où ont poussé quelques hôtels peu accueillants mais fort pratiques quand on a un avion matinal à prendre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s