Excursion au village lacustre de Kompong Phluk

Matinée au vieux marché, se faufiler entre les étals à même le sol, où des mamies vendent entre autre des poissons qui tressautent encore, au milieu de montagne de fruits et de légumes au nom et à l’aspect inconnus pour nous, manucure et coiffeur entre deux étals de bouche, dans un fouillis indescriptible où des odeurs fortes ou subtiles nous submergent dans un vaste et bruyant  remue ménage.

Marchandes de légumes au marché de Siem Reap

Marchandes de légumes au marché de Siem Reap

Rendez-vous en début d’après midi : notre chauffeur de Tuk Tuk (un habitué que nous a conseillé notre hôte à la  Guest House) ponctuel, nous emmène sur la grand route.  Le tuk tuk semble bien frêle dans la circulation (frayeur : on a failli être pris en sandwich entre une camionnette et un autocar !) nous bifurquons heureusement sur une route étroite qui nous mène au groupe de Roluos,  (le plus ancien site de temple. pré angkoriens).

A côté de la route une école  où des orphelins sculptent des reconstitutions de fresques, mais aussi d’ensemble de temples qui donne une idée plus précise des sites du temps de leur splendeur.

Apprentis sculpteurs

Apprentis sculpteurs

Nous visitons le Preah Ko premier temple khmer construit dans la région d’Angkor  et Bakong dédié à Siva, temple montagne khmer dont les escaliers sont gardés par des lions, et les terrasses bordées de monumentales statues d’éléphant

Trois petits enfants livrés à eux même tentent d’y vendre quelques cartes postales, les deux plus grands se cachent ce qui plonge le plus jeune dans un chagrin bruyant, sous l’œil indifférent des buffles pâturant placidement entre les ruines.

IMG_4622

les petits vendeurs de carte postale

les petits vendeurs de carte postale

La route se change ensuite en piste de latérite, bordée de jolies maisons sur pilotis, auxquelles les zébus sont attachés, enfants, poulets et poussins, cochons fouineurs vont et viennent dans notre théâtre de verdure.

Au bout de la piste un embarcadère, où, après s’être délestés de 45 dollars pour nous 3 nous embarquons sur un bateau de bois antique et terriblement bruyant.

10 km de lagune à la teinte saumâtre où les pêcheurs s’activent à demi nus, de l’eau jusqu’en haut des cuisses,  le « capitaine » de notre embarcation est un très jeune homme, plus motivé par la  conversation sur son portable que par le trajet à effectuer,  le bruit du  moteur l’incommode, il s’arrête régulièrement,  et nous sommes ballotés par les vagues que provoquent les autres bateaux qui nous dépassent allègrement, avant d’atteindre le village lacustre de Kompong Phluk.

lumière du soir sur le village lacustre

lumière du soir sur le village lacustre

Pimpantes maisons colorées, vies animée, les petits enfants en groupe sur les barques, les cochons dans des cages suspendues au dessus de l’eau, dont les déjections nourriront les poissons, marché flottant, au loin le lac s’étend tellement que l’on dirait la mer.

Retour dans le soleil couchant, belles couleurs et petit pincement au cœur quand nous reprenons la piste obscure, sur laquelle roulent des vélos et motos sans lumière, déboulent des chiens, des enfants et des poules. La grande route toute aussi sombre n’est pas plus rassurante, mais notre chauffeur est sérieux et conduit bien.

Mo(u)tard(e) à Siem Reap

Mo(u)tard(e) à Siem Reap

fin de séjour à Siem Reap  sur une opération change (première halte manquée à un  guichet où le taux  ahurissant nous fait fuir) et essai de barbecue khmer : c’est  un réchaud individuel, où l’on fait griller viande ou fruit de mer (là, entre autres mets,  serpent coriace et crocodile tendre que l’on a badigeonnés d’œuf cru)  sur une plaque de fer blanc formant dôme au dessus d’un bouillon où réchauffent  les légumes et pâtes. Goût de brûlé de la plaque surchauffée et ambiance sonore un rien agressive nous font rentrer rapidement dans nos appartements.

Excursion à Banteay Srei

Mis le réveil à 5 h pour aller voir le lever du soleil sur Angkor Wat,  je ne suis pas la seule à avoir eu cette idée, une file de tuk tuk, motos et autocars m’ont précédée et suivie  et nous nous serrons dans le noir au pied de la retenue d’eau pur voir surgir le temple des ténèbres. Le soleil ne daigne pas colorer de rose feu le ciel qui reste sans nuance, et la foule omniprésente gâche un peu la solitude du matin ! Heureuse tout de même d’avoir traversé la ville au réveil, tous si matinaux et actifs, tout petits déjà rigolards, papis et mamis affairés,  chiens errants nonchalants…

Côté Pile

Côté Face

Un petit déjeuner au jardin plus tard, nous démarrons pour une longue journée en tuk tuk, à travers les vertes vallées, rizières et palmiers, maisons haut perchées sur leur pilotis, buffles impassibles, petits enfants joueurs, commerces minuscules, travaux des champs, décor bucolique d’un autre temps.

En route vers Banteay srei, travaux des champs

En route vers Banteay srei, travaux des champs

Nous faisons halte dans un petit marché du bord de route où accroupies auprès de chaudrons bouillonnant au-dessus d’un feu de bois, les femmes fabriquent des bonbons au sucre de canne, dont j’achète trois petits paquets emballés dans des feuilles tressées, j’achète aussi un petit pilon de bois de cocotier à une vieille dame édentée, entourée d’enfants curieux des étrangers que nous sommes.

un gros chagrin

un gros chagrin

Visite du  Banteay Srei (fondé en 967) à 30 km au nord de Siemp reap  rendu célèbre par l’aventure de Malraux qui, à 22 ans y déroba un bas relief. Baptisé la citadelle des femmes, le temple est entièrement recouvert de scènes mythologiques  sculptées avec des finesses de dentellière dans du grès rose, une caresse pour le regard.

croisement de tuk tuk sur la route entre Siem Reap et Banteay Srei

croisement de tuk tuk sur la route entre Siem Reap et Banteay Srei

De nouveau la route toute brodée de nuances de vert, jusqu’à un petit resto caché sous un toit de paille où nous déjeunons simplement avant d’entamer une belle grimpette à travers la jungle jusqu’à une cascade,  Kbal Spean, dont la modestie nous étonne jusqu’à ce qu’une jeune femme nous emmène découvrir d’émouvantes sculptures à la symbolique spirituelle sous le tumulte du torrent ou sur ses rives de pierre…

Nous finissons la journée par une visite au Ta Prom, entre les griffes des monstrueuses racines des arbres, atmosphère étrange dans les cris fous des oiseaux, le soir s’en vient et c’est presque inquiétant ce dédale surdimensionné envahi par la nature puissante  où il serait si aisé de se perdre

Les griffes des arbres

Les griffes des arbres

Fin de la journée en beauté : la foule applaudit une éclipse de lune sur le vieux marché animé par le bazar de nuit,.