Buenos Aires (2)

Sommeil morcelé dans la chambre monacale de cette auberge de passage où se posent quelque temps de  jeunes étrangers sans argent.   Là, tant de rêves empêchés.    Ici, dit-elle, occultant les obstacles renouvelés, l’énergie, la créativité  se déploient.

11 h du matin,  Palermo, métro plaza Italia,  clin d’oeil au vieux continent …

Flocons de neige géant au printemps de Buenos Aires

Flocons de neige géant au printemps de Buenos Aires

Le jardin botanique grince de chants d’oiseaux, deux jeunes femmes sirotent leur maté  sur un banc, une maman chante une berceuse en passant, son bébé dans les bras et juste à côté de moi, le frémissement d’un colibri . Sous de drôles de flocons de neige géants, les amateurs de Taï Chi Chuan semblent des marionnettes empêchées.

De là retrouver Palermo viejo, jolies maisons basses désaccordées, rues ombragées, où déguster ma première milanaise

Graffitis

E. et les couleurs de son cours de théâtre à Palermo Viejo

E. et les couleurs de son cours de théâtre à Palermo Viejo

Ceci est un arrêt de bus, direction La Boca (il y a encore plus incognito comme arrêt de bus à Buenos Aires)

Ceci est un arrêt de bus, direction La Boca (il y a encore plus incognito comme arrêt de bus à Buenos Aires)

Retour en bus, vers la Boca. Le caminito sous le soleil, éclatantes couleurs, danseurs de Tango à l’arrêt, un vieil édenté chante sans voix, sans spectateurs, à ses côtés une danseuse désœuvrée, le regard noyé. Plus loin, une femme égarée, mains dans les poches d’un imperméable trop grand, murmure une complainte. Les Bandas piétinent au rythme obsédant des candombes, les danseurs envoûtés ouvrent la voie,  parade lente et puissante.

Figures à La Boca

Figures à La Boca

Il y a le caminito dans la Boca, effervescence colorée pour touristes émerveillés, rues animées, les cafés, les défilés, un rien survoltés et puis la Boca d’à côté, laminée, délavée, au bord du trottoir à regarder passer le temps, les gens.

Danseurs et Candombes dans le Caminito

Danseurs et Candombes dans le Caminito

Paseo del Valle, La Boca

Paseo del Valle, La Boca

Argentine octobre novembre 2013 121

Le dimanche soir, après la feria, c’est milonga sur la Plaza Dorrego,

Danseurs de tango chaloupant les yeux mi-clos, couples désassortis et ravis sous les ampoules multicolores, un vieux papa tient dans ses bras une poupée à qui il fredonne en se déhanchant l’air du temps, un jeune homme frêle danse dans les bras d’éphèbes qui le dominent de la tête et des jambes, il se laisse guider, souple et sensuel, comme aimanté, un grand-père peine au bras d’une belle bien trop grande pour lui,  je regarde fascinée ces hanches qui se balancent et tanguent, la pointe des pieds, le talon, les jambes et le cœur qui battent ensemble avec langueur.

Sur la place un  glacier à se damner, hum les parfums  dulce de lecce con brownie et sabayon (22 pesos la double) .

A côté les tambours, autres rythmes, autres façons de se mouvoir, de s’émouvoir.

Et puis revenir par les rues sombres, désertes,  encombrées de déchets,  étonnantes de silence.

****

Dans le quartier de San Telmo, à la belle architecture fatiguée, autour de « Defensa »  et de la Plazza Dorrego,  Feria dans la journée  et Milonga le soir, tous les dimanches (belle ambiance)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s