Delta du Tigre

A Constitucion, le matin pour prendre le métro « A Retiro » (la gare à destination de Tigre, le train coûte une poignée de pesos), une foule compacte et silencieuse, disciplinée et résignée avance à tout petit pas, absorbée à mesure par des métros hors d’âge qui se remplissent jusqu’à ras-bord. Pas une bousculade, pas un râleur.

Le train est hors d’âge lui aussi, un certain nombre de sièges ont perdu leur assise, pas les petits vendeurs de trois fois rien, inlassables. Par la fenêtre la banlieue défile, bidonvilles, beaux immeubles et maisons basses noyées dans la verdure, chevaux à l’entraînement et promeneurs de chiens à la douzaine. Une maman minuscule, un bébé potelé arrimé à son sein.

La lancha, transports en commun dans le Delta

La lancha, transports en commun dans le Delta

Rendez-vous en gare, avec Pablo mon premier hôte de couchsurfing. Pablo a vécu 7 ans en Europe, où il a travaillé comme « chef » avant de rentrer sur son île, de construire sa maison en bois sur pilotis et de monter sa petite entreprise de délices à déguster.

Exact et sympa, il m’emmène prendre la lancha (au tarif « ilien » : 10 pesos) qui nous déposera à l’embarcadère privé. (Où l’on ne peut  accéder, qu’ invité)

P. improvise une savoureuse salade composée, montre le petit atelier boutique où Sonia, sa petite amie colombienne, et lui préparent et conditionnent avant de les vendre, de délicieuses confiseries, des pestos et du chutney.

Le chemin vers la maison de Pablo

Le chemin vers la maison de Pablo

Grande ballade sur l’île, toutes les nuances de verts et  jolies maisons haut perchées sur leur pilotis, azalées roses blancs opulents, chiens désœuvrés et débonnaires et odeur douce sucrée des fleurs d’orangers,  le grincement des perruches très affairées. On traverse d’innombrables bras de rivières sur des ponts de bois, une rampe vermoulue ou  seule une corde en guise de garde fou.

Bateau hors d'eau

Bateau hors d’eau

Micro sieste dans un hamac, le souffle du vent dans les saules pleureurs,  le charivari des oiseaux, un chien au loin puis rien : rilax. Thé et cours de français, le soir venant regarder le soleil se coucher  sur le delta, les lumières changeantes, le va et vient des bateaux, et la rumeur du fleuve quand les vagues se forment sous leur ventre,  …

mijotage de chutney chez Pablo

mijotage de chutney chez Pablo

Matinée en cuisine, environnée de douceurs, ensacher les pistaches, enrober les noix de glaçage, déguster les spécialités au chocolat, peser, ficeler, étiqueter sur un air des Beatles, en grand silence concentrés.

Puis échappée dans l’odeur des orangers, le clapotis de l’eau, les piaillements des perruches et le tendre murmure du vent.

La lancha vient de passer, déposant deux passagères et deux bébés sur l’île désertée. Assise à l’ombre, 3 chiens,  à ma cause dévoués à mes côtés,  les perruches vertes dans la lumière, éclats de voix, de rires des enfants jouant dans l’eau,  grands coups de langues des chiens affectueux … Le temps s’est arrêté.

Pablo et Sonia

Pablo et Sonia

Sonia revient, pétillante et joyeuse, chaleureuse. Soirée vino – Sonia dit que l’eau c’est pour les poissons – et bavardage, P. prépare un fameux steak argentin et des légumes rôtis aux épices. Longues heures à parler de tout et de rien, la vie qui va, les voyages, les rêves et la réalité à réinventer. Les grillons, les grenouilles échos moqueurs. Tard, se glisser dans les draps de la nuit, à l’abri chez d’accueillants  inconnus, dans une maison du bout du monde.

Gare de Tigre, il y a grève je crois, pas de billet à payer. Ce matin, la lancha a bien failli partir sans moi, heureusement deux îliens étaient là qui ont sifflé l’embarcation s’en allant sans faire cas de nous, posés sur l’embarcadère, il faut l’attraper au vol, ce beau bateau de bois où s’entassent les îliens fatigués. Comme sont belles les îles, mille nuances de vert ponctuées de mille couleurs, dans la lumière du matin, trafic intense, les hommes et les chiens affairés, un café con lecce, deux douceurs pour 3 pesos, et assise sur le siège dénudé, la litanie des petits vendeurs, le murmure des voyageurs.

Une réflexion sur “Delta du Tigre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s