Buenos Aires (8) Il faut repartir

Il faut revenir, fini de lire « En Patagonie » de Bruce Chatwin, en regardant le paysage s’enfuir par la fenêtre du bus, bye bye, il faurepartir.

Avec E. promener la nostalgie du départ à Puerto Madero,  les grues sont des  insectes géants, sentinelles de lumière sur les quais déserts.

S’arrêter pour dîner, siroter un malbec en dégustant une dernière parillada, et retrouver tard dans la nuit, autour d’une table de San Telmo, les belges rencontrés le matin à San Antonio de Areco, s’étonner gaiement des drôles de facéties du hasard.

Traverser la nuit noire, arpenter les pavés mal rangés, les cris des joueurs résonnent, les graffitis veillent, se poser dans un vieux café où un solitaire, tout de noir vêtu, les cheveux gominés, l’air compassé, s’attable devant un énorme pavé, une bouteille de vin rouge dont il se sert un verre pour aller fumer, assis sur le trottoir, allers et retours dégingandés. Suspendre le temps en dégustant une Caipirinha, avant de rentrer dans le silence de la ville endormie.

Tu ne peux pas te perdre si tu sais jusqu'où tu vas

Tu ne peux pas te perdre si tu sais jusqu’où tu vas

Dernière matinée, la carte postale du caminito écrite à l’arraché place Dorrego, sous le soleil sous le ciel bleu dont il ne restera bientôt qu’un souvenir. Le silence des départs, l’émotion tangible. Partir.

E. les pieds sur terre, la tête dans les nuages (Puerto Madryn)

E. les pieds sur terre, la tête dans les nuages (Puerto Madryn)

Toi tu restes. Dans l’autre hémisphère. Mais c’est moi qui est la tête à l’envers.

Silence ! on tourne... la page

Silence ! on tourne… la page

Je te dédie les images et les mots de ce voyage dont je reviens dépaysée, dont l’empreinte se creuse dans  le silence et dans l’absence.

Ici c’est l’hiver et tu es en été,  en devenir, cela compte seulement,

J’ai aimé là-bas, le murmure des murs,

Laisse tes idées venir

Laisse tes idées jaillir

La femme bien est celle qui lutte !

La femme bien est celle qui lutte !

« On vit ce qu’on veut vivre, il faudrait peut-être tout doucement repartir de là… Observer ses rêves et ne rien oublier, se tenir sous sa propre bienveillance en guise de jugement, et commencer par désirer être là où l’on se tient, reprendre pour soi et en soi ce que l’on fait, ce que l’on aime.. »

Anne Dufourmontelle « l’Eloge du Risque »

Suerte !

2 réflexions sur “Buenos Aires (8) Il faut repartir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s