Brèves de Corée du Sud (Gangneung)

Au départ de Séoul, à travers la fenêtre, un paysage éclectique, enchevêtrement de cultures, de lotissements de toutes formes et tailles, les grands filets vert pour s’entraîner au golf, les églises à la Disney, parkings et shoppings centers, usines, grues et cheminées dressées, au milieu une autoroute deux fois trois voies forme des noeuds, coule une rivière engoncée dans des blocs de pierre.

Sans transition au sortir d’un tunnel,  les montagnes, tendres nuances de vert, un fleuve joli, berges aménagées fleuries. Contrastes.

Gangneung. Près du terminal de bus les love motels accueillent aussi les touristes, et l’on pose nos bagages dans des chambres de satin rose, papiers peints damassé rouge, avant d’aller  saluer à l’Ojukheon la mémoire de la poétesse Sin Saimdang  .

Glisser en riant et en rosalie le long du lac de Gyeongpo. Les grandes aigrettes y dessinent des estampes dans le flou de la fin d’après-midi. La mer de l’Est tout près, où la nuit nous enveloppe doucement.

Se réveiller très tôt le matin et dériver dans un demi sommeil rêveur, à 8 h  arrivent les petites figurantes qui vantent en cadence la femme politique dont le visage s’affiche en grand. Elles se campent à chaque embranchement, casquette et polo turquoise, comme sur l’image, s’inclinent à chaque coup de sifflet pour saluer les automobilistes indifférents.

Parc de la réunification, quel drôle de nom. Se trouvent là, le seul navire de guerre au monde à  être exposé hors mer, acteur de la seconde guerre mondiale et de la guerre de Corée ; le sous marin espion nord-coréen malencontreusement échoué en pays ennemi dont tout l’équipage, sauf un, a été rattrapé, emprisonné ou abattu ; chars, avions de combat, vidéos de guerre et statues martiales.

Un artiste du cafe latte met de la douceur dans ce monde de brutes et la tête ronde d’un ourson sur la mousse de mon café. Bisounours au parc de la réunification et vue sur la mer de l’Est. Il fait grand bleu.

Parc naturel d‘Odaesan, randonner vers la cascade de sogeumgang  rochers et eau claire, marches de pierre et temple déserté.

Déambuler amusés au milieu  de pénis géants sculptés par de pauvres pêcheurs dans le parc Haensindang, (Samcheok), être séduit par le raffinement aristocratique de Seongyojang.

Rire dos à l’océan, dans le vent et les pieds dans la vague. Trempée.

Faire bombance presque seuls dans un restaurant de bord de mer, la serveuse dit que le pays est en deuil après le naufrage du ferry où  tant d’enfants ont péri.

Port  de Samcheok, de Jumunjin, débauches de couleurs, d’odeur, ambiance de  pêcheurs. Retour dans le vent chaud et la nuit noire.

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s