Une journée de randonnée avec Dolit

Réveil à 5 h 30, en même temps que les canards, les cochons, le coq et toute la vie du Balé, Adi (fils d’Irak et Kadek) déjà tout fiévreux hier est resté couché et tousse, Petites emplettes pour la route au warung d’à côté, tenu par la maman de Kadek.

Le Warung d'à côté, à Keliki (le petit balinais du coin autrement dit)

Le Warung d’à côté, à Keliki (le petit balinais du coin autrement dit)
Sur la photo, la petite fille est Devi, fille de Mudita et Padma (qui proposent aussi leur pavillon dans le balé voisin de Dolit), nièce de Kadêk, l’épouse d’Irak.
A coté d’elle, la jeune fille adulte est Komang Sutriari (son nom officiel complet : Gusti Ayu Nyoman Surtiari), la tante de la petite Devi et donc aussi la petite soeur de Kadêk (épouse d’Irak). (les précisions sont de Yves, je m’emmêle un peu les pinceaux, si je puis dire, dans la grande parentèle des peintres de Keliki)

thé et re thé et café sur la terrasse de la chambre d’hôte d’Irak et Kadek

thé et jus de fruit frais sur la terrasse de la chambre d'hôte d'Irak et Kadek où j'ai dormi cette nuit là

thé et jus de fruit frais sur la terrasse de la chambre d’hôte d’Irak et Kadek où j’ai dormi cette nuit là

Nous avons rendez-vous Marine, Antony et moi, chez Dolit, à l’heure balinaise, c’est à dire quand nous sommes prêts, que nous avons partagé thé et nouvelles du jour avec nos hôtes, les amis et les passagers comme moi, de ce morceau d’ailleurs toute douceur.

Dans le bale de Dolit,

Dans le bale de Dolit, c’est Lucie (écrivent-ils Lusy ?), petite soeur d’Apel (qui tient son nom du fait qu’il aimait les pommes étant bébé) et Podol. C’est la fille de Putra, le plus petit frère de Dolit et son épouse Ketut Gadung (précisions de Yves)

DSCN3203

préparation d’offrandes par Ilou, épouse de Dolit

patience et précision en offrande

patience et précision en offrande

Nous partons d’un pas tranquille à travers les rizières, jamais les mêmes, orgie de vert, un caméléon sur une branche, tant et tant de crécelles, d’épouvantails, le toc toc que le vent tambour battant, la traversée de villages, les libellules rouge intense sur le vert cru des rizières, les étages de terre et de riz, camaïeu de beige des canards cherchant pitance en piaillant, les travailleurs jamais avares d’un sourire, les enfants rieurs et curieux, un chien blanc à pompon rouge, les couleurs délicates des papillons, le pont de bambou sans garde fou et la main secourable pour traverser, la jungle apprivoisée, les artisans au travail dans l’odeur âpre et forte de la colle, la pêche aux escargots dans un bassin aux lotus, les petites filles cachées sous un parapluie arc en ciel pour faire fuir les oiseaux. fous rires. les montées et les descentes, le murmure de l’eau omniprésent, trois brins de pluie, pause à l’ombre, le warung où l’on déjeune, le rythme serein de la marche, le rire de Dolit, du vert, du vert, du vert, tant de nuances. La chaleur moite qui nous enveloppe, tous les sourires, les hello, les salamat siang, salamat sore … les enfants réclament une photo, c’est pêle mêle émerveillement et joie d’être là, palpable…

Geneviève et Antony (photo de Marine G.)

Geneviève et Antony (photo de Marine G.)

Atelier au village, matériel pour offrandes

Atelier au village, matériel pour offrandes

La traversée d'un village, le peintre Dolit au premier plan

La traversée d’un village, le peintre Dolit au premier plan

Marine et Antony à contrejour

Marine et Antony à contrejour

rencontres sur le chemin

rencontres sur le chemin

Dolit et Antony à la pêche aux escargots

Dolit et Antony à la pêche aux escargots

Hercule dans la rizière

Hercule dans la rizière

Un chien blanc à pompon rouge

Un chien blanc à pompon rouge

pont de bambou sans garde fou

pont de bambou sans garde fou

Tanah Lot et Taman Ayun

A peine sortie de ma chambre, Raï est là qui m’apporte un thermos d’eau chaude pour la douche. Le peintre Dolit vient en voisin. Chants et chuchotement bercent le moment du petit déjeuner.

les fleurs de frangipanier, au parfum délicat, pour les offrandes, ou pour glisser derrière l'oreille,

les fleurs de frangipanier, au parfum délicat, pour les offrandes, ou pour glisser derrière l’oreille,

Avec Joh et Sylvie demi tour ce jour là, pour visiter le temple de Tanah Lot, c’est un peu le Mont Saint Michel de Bali, pour la beauté du site, et pour les marchands du temple et la foule de touristes qui s’y pressent,

Sur le chemin, une petite pause contemplation. Surpris de cette intrusion dans son paysage, comme nous par son apparition, un homme nu comme un ver, une main devant, une main derrière, sort du canal d’irrigation où il prend son bain,

Jamais seul sur le site de Tanah Lot

Jamais seul sur le site de Tanah Lot

Les couleurs du site de Tanah Lot  par Joh, le même jour ...

Les couleurs du site de Tanah Lot par Joh, le même jour …

Wayan Tara boit du Susu soda Gembiran dans le warung où nous déjeunons. Je ne sais pas de quoi il est fait ce soda, mais je trouve le nom trop joli...

Wayan Tara boit du Susu soda Gembiran dans le warung où nous déjeunons. Je ne sais pas de quoi il est fait ce soda, mais je trouve son nom et sa couleur très jolis…

Nous découvrons le Puri Taman Ayun dans la grande chaleur de début d’après-midi, mais c’est la fraîcheur du calme et du silence, la solitude des jardins bien soignés qui nous séduisent.

Nuls marchands du temple aux abords de Puri Taman Ayun, là tout n'est qu'ordre et beauté...

Nuls marchands du temple aux abords de Pura Taman Ayun, là tout n’est qu’ordre et beauté…

jardins du Puri Taman Ayun

jardins du Pura Taman Ayun

deux des Merus (autels à toits multiples) du Pura Taman Ayun

deux des Merus (autels à toits multiples) du Pura Taman Ayun

De retour à Keliki, un comité d’accueil enjoué à la porte du Balé : Laneng, Ewi, Wika

Lanang, Ewi, Wika joyeux comité d'accueil  à la porte du Balé

Lanang, Ewi, Wika joyeux comité d’accueil à la porte du Balé