Gili Meno

Les étoiles au-dessus de moi si brillantes dans la nuit, un silence parfait berce mon sommeil jusqu’à l’appel du muezzin à 4 h 48 et je me lève, pour saluer le jour naissant.

Seule, regarder la nuit se dissiper, les montagnes de Lombok troquer le bleu nuit contre le gris bleuté et face à moi toutes les nuances de parme, de rose, d’orangé se déployer peu à peu.

Lever de soleil sur les monts de Lombok, vue de la plage de Gili Meno

Lever de soleil sur les monts de Lombok, vue de la plage de Gili Meno

Le jour à peine levé, arpenter (une heure et demie de marche) l’île  où les resorts en décomposition côtoient ceux qui se construisent pour les investisseurs, le tout sur du sable parsemé de détritus, paradis en voie de disparition …

futur "Sam suffit" au soleil

futur « Sam suffit » au soleil

"resort" sans ressort à Gili Meno

« resort » sans ressort à Gili Meno

let's go "by bout" avec Komodo

let’s go « by bout » avec Komodo

Réservé une matinée de snorkeling* en bateau à fond verre avec Sylvie et Isabelle, deux bretonnes (en fait j’ai réservé seule mais le cap’tain du bateau nous a associées !)

ô nager au-dessus du gouffre, d’une épave, au loin les tortues, les coraux palpitant de mille vies, nous suivons le jeune homme – fils de sirène – qui plonge en apnée et me ramène un superbe coquillage qu’il a détaché de son rocher.

Sorti de sa coquille dure c’est velours frémissant et tiède, dont je suis bien embarrassée et que je rends à son élément très rapidement…

* 150.000 roupies/pers (environ 12 €) la matinée mais nous avons un bateau et un plongeur pour 3 

Gili Meno vue du bateau

Gili Meno vue du bateau

Le gilet de sauvetage n'est pas de trop pour suivre le fils d'une sirène à la découverte des fonds marins (vertige !)

Le gilet de sauvetage n’est pas de trop pour suivre le fils d’une sirène à la découverte des fonds marins (vertige !)

Il déloge encore avec son trident un superbe poulpe qui crache toute l’encre noire de son désespoir, nous désigne un crabe géant, un serpent de mer, l’abîme sous nos palmes, infatigable …

Épuisée, pas facile de remonter sur le bateau, ça glisse et ça tangue, l’échelle se balance,

Déjeuner à l'ombre d'un gazebo à Gili Meno

Déjeuner à l’ombre d’un gazebo à Gili Meno

Déjeuner au bord de l’eau, snorkeling encore et encore, avant de finir par un massage qui fait gommage puisque je suis allongée sur le sable … Petite douche dans le vent, je n’ai pas le courage d’aller voir le soleil se coucher de l’autre côté de l’île, d’ailleurs il est caché par les nuages tout pommelé de gris.

Fin du jour, sur la plage à Gili Meno

Fin du jour, sur la plage à Gili Meno

La boucle du jour est bouclée, mêmes montagnes au loin, même refrain de la mer, mais douceur du soir qui emmène le repos avec lui et la nuit noire piquée de diamants.

de Amed à Gili Meno

Sur la terrasse du bungalow à 6 heures à peine passées  le soleil sature déjà l’atmosphère. Un pick up plein d’écolières en uniforme passe, Daimon arrose le jardin, c’est l’heure du petit déjeuner des martinets, je reviens de la plage où j’ai regardé le soleil s’extraire d’un voile de longs nuages gris d’acier, sous lequel semble couver un foyer de braises,

vue de la plage en face de Sinar Bali 2, le lever du soleil

vue de la plage en face de Sinar Bali 2, le lever du soleil

Très tôt le matin c’est l’heure ou des bancs de minuscules poissons argentés jouent à saute mouton sur la mer, gobés au passage par quelques plus gros qu’eux les suivant de près, l’heure où le petit chien noir et son copain le petit chien blanc batifolent sur la plage.

La vachette s’est défaite de son joug et approche prudemment de moi, étonnée de ma présence matinale, un couple de martin pêcheurs se perche sur l’arbre à mes côtés, des compagnies de minuscules oiseaux s’empressent en piaillant avant que la chaleur ne les poussent à se mettre à l’abri.

Un ronronnement venu de loin  s’amplifie puis cesse brusquement, les prahus reviennent de la pêche.

Les porteuses de bagages sur la plage de Jemeluk

Les porteuses de bagages sur la plage de Jemeluk

Le taxi est à l’heure pour m’emmener à Jemeluk, d’où part le speed boat* pour les Gilis, J’ai choisi de m’arrêter à Gili Meno, la plus petite des 3 îles qui font face à Lombok.

*voir page pratique budget

la côte, du côté d’Amed, vue du large

Gili Meno, le temps ralentit encore, pas de voiture : des cidomos, carrioles tirées par des petits chevaux au pas vif. Le tintement des clochettes et le claquement des sabots étouffé par le sable du chemin sont les seuls témoins de leur passage. Un cocher perché à croupetons sur un côté et la carriole transporte dans un joyeux tintinabulement, un inventaire à la Prévert : marchandises, bonbonnes d’eau, matériaux et petite vieille recroquevillée dans un coin.

Le chat et sa proie, un gecko

Le chat et sa proie, un gecko

Si le cri du gecko fait partie du paysage sonore, je n’en ai vu qu’un seul, qui a mal fini, entre les pattes d’un maigre chat sur l’île de Gili Meno…

Jus de fruit zen les pieds dans l'eau

Jus de fruit zen les pieds dans l’eau

Cela commence comme un grincement agaçant de moustiques, puis prend de l’ampleur, c’est l’appel à la prière sur cette minuscule île musulmane.

Le vent remue la mer et le sable trouble l’eau, mais tandis que je me noie dans la contemplation de mes petits poissons, je sens une ombre silencieuse à mes côtés : une tortue majestueuse de lenteur et d’indifférence nage à portée de main; Ma présence ne la trouble pas, moi qui suis troublée par cette rencontre.

 photo de Tortue empruntée à la toile (je n’ai pas de photos sous marines, rien que des belles images plein les mirettes)

Je reste longtemps, au bord des couleurs mouvantes de la mer, rêvant et contemplant les jeux des enfants, les capitaines et leurs bateaux, les vendeuses de fruits, les vendeurs de perles (un peu collants) les monts de Lombok se voilant, se dévoilant dans les bras du vent. Le jour très vite s’en va, les roses du crépuscule sont de l’autre côté de l’île mais le chemin que j’emprunte se perd dans le petit village des gens d’ici, où les coqs et poules haut sur pattes cherchent pitance au milieu des déchets, où il se trouve toujours quelqu’un pour me demander comment je vais, et d’où je viens, où toute une famille de chats blancs et roux s’entraîne à chasser, où des petits enfants jouent au ballon, vont à bicyclette par deux, distribuant des hello tout sourire à l’étrangère que je suis.

Jeux d'eau à Gili Meno

Jeux d’eau à Gili Meno

Les marchandes de fruit, sur la plage, à Gili Meno

Les marchandes de fruit, sur la plage

Ambiance douce, et douche dehors, avant d’aller dîner juste à côté, 2 couples silencieux, chacun happé par son smartphone partagent avec moi la petite salle à manger de bambous en plein air.

La douche en plein air, super sous les étoiles, un peu brûlante l'après midi sous le soleil

La douche en plein air, super sous les étoiles, un peu brûlante l’après midi sous le soleil