Bangkok, le premier jour

La journée a commencé en douceur et en gourmandise, après une longue nuit réconfortante, abondance de fruits délicieux, viennoiseries, oeufs et fromage : de quoi affronter les transports en commun et la visite des temples !

Le skytrain glisse entre les buildings et semble planer sur les maisons, les marchés et les rues encombrées de taxis aux couleurs vives, jaune, bleu, fuschia, de tuk tuk bariolés, de motos intrépides. Il nous amène jusqu’à l’embarcadère et le riverboat express nous emmène sur la rivière gonflée de détritus, une eau saumâtre aux bords de laquelle s’embourbent des masures, des petits commerces, toute une vie grouillante entre les splendeurs des temples et la hardiesse clinquante des buildings de luxe.

Les pieds géants du Boudha Couché au Wat Pho

La première visite est celle du  temple du Boudha couché, d’or entièrement revêtu.  Il existe une entrée payante pour les touristes et une petite porte latérale permettant l’entrée aux locaux, qui viennent en famille saluer avec ferveur ce majestueux géant au sourire ravi.

Petite musique magique des piécettes que croyants et touristes font tinter une à une en les jetant dans les vasques à offrande.

Boudha n’est pas seul, des dizaines de statues étincelantes serrent les rangs alentours. Le Palais Royal, repeint de neuf  pour l’anniversaire imminent du Roi, rivalise de brillance et d’éclat, stupas et temples tapissés de minuscules miroirs multicolores, arrogantes statues (les Kinaree, moitié humain moitié oiseau), toute une imagerie clinquante et joyeuse.

La petite fille aux offrandes

La petite fille aux offrandes

Les préparatifs de la fête pour l’anniversaire du roi battent leur plein, flonflons et grigris, commerces de trois fois rien et cantines de rue sont pavoisés, l’effigie de son altesse est partout, en photo, en peinture, des autels couverts d’offrandes à ses pieds.

Pavoisé pour le Roi

Pavoisé pour le Roi

l'art de la sieste (tuk tuk)

l’art de la sieste (tuk tuk)

L'art de la sieste (sous le regard bienveillant de bouddha démultiplié)

L’art de la sieste (sous le regard bienveillant de bouddha démultiplié)

Pour retrouver le Chao praya express nous nous égarons dans un de ces petits marchés au bord du fleuve, qui l’a envahit. Dédales vaillamment défendus à coup de sacs de sable, sur lesquels nous circulons, dans une pénombre à l’odeur fétide, incertains sur l’issue de ce labyrinthe, que nous trouvons enfin, soulagés.

Mais du débarcadère, la vision des bateaux navigant tous vers la direction opposée à celle que nous devons prendre, nous plonge dans des abimes de perplexité… Nous arrivons à obtenir le renseignement qu’il nous fallait, il suffit d’attendre le « blue one » qui nous mènera à bon port.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s